Cambodge series #1 : A la découverte de Phnom Penh

Cambodge series #1 : A la découverte de Phnom Penh

En 2018, l’une de mes résolutions était de voyager plus. D’aller dans des endroits que je connaissais pas. Et bien je l’ai fait, en partant avec une amie en visiter une autre, au Cambodge ( Phnom Penh, Kampot, Siem Reap…). Je dois l’avouer, j’ai toujours eu un complexe de ne « pas savoir voyager », m’imaginant avant qu’on ne voyage vraiment quand on a tout vu, tout retenu et qu’on a un tas de photos à montrer à son entourage en revenant. Mais j’ai compris grâce à ce voyage, que voyager c’est bien plus personnel que ça. À chacun sa façon de faire.

Cette expérience je la partagerai avec vous via la publication d’une série de six articles. J’espère aussi pouvoir vous proposer au moins une vidéo du voyage pour mettre des images sur des mots. J’espère que vous suivrez le tout et j’ai hâte d’avoir vos réactions et observations.

Pourquoi le Cambodge ?

Le Cambodge n’était pas une évidence pour moi. C’est grâce à Elodie, une très bonne amie de longue date que ce voyage a pu se faire. D’ailleurs je ne la remercierait jamais assez elle et sa famille de nous avoir accueilli pendant deux semaines. L’expérience aurait été tout autre sinon. Le fait d’y aller pour rejoindre quelqu’un sur place fait que je n’ai pas du tout préparer le voyage comme je le fais habituellement. D’habitude, j’achète un guide ou du moins je repère au moins quelques-unes des choses que j’aurai l’envie de faire. Pour ce voyage, je me suis complètement déchargée sur mon amie, qui nous a concocté un super programme. Je voulais absolument voir le Cambodge à travers ses yeux.

Prêtes ? Alors on y va !

Première étape : Phnom Penh

Comme le titre de ce post l’indique, notre première étape est Phnom Penh. Capitale du Cambodge c’est là que nous avons atterri puisque c’est là que vis mon amie et sa famille sur place. Sur le voyage de deux semaines, nous avons visité Phnom Penh à proprement parlé pendant deux jours.

La première chose qui m’a frappée sur le trajet de l’aéroport à chez ma copine c’est à quel point le paysage m’a fait pensé à la capitale des pays dont je suis originaire d’Afrique. Phnom Penh m’a rappelé de manière très marquée Lomé, au Togo. Ma copine avait toujours dit que cette similitude nous frapperait. Mais sincèrement je ne pensais pas que ce serait à ce point. C’était comme se retrouver à la maison.

Voici ce que j’ai pu observer à l’occasion des quelques jours que nous y avons passé.

1. Se déplacer à Phnom Penh

mp-à-bord-tuk-tuk
À bord d’un tuktuk

En tuktuk

Le moyen privilégié pour se déplacer dans Phnom Penh c’est le tuktuk. Etant une personne qui aime avoir les pieds bien ancrés au sol, je dois avouer qu’au début j’avais une légère appréhension. Une vraie tapette
(rires). Il y a deux moyens d’en trouver un : soit vous en attrapez un comme vous le feriez pour un taxi, soit vous passez par les applications dédiées. Dans les zones excentrées, il vaut mieux utiliser l’appli, le nombre de tuktuk était plus réduit. Et lorsque vous en chopez un dans la rue, veillez à négocier le prix, car en tant que touriste vous êtes la parfaite cible pour les augmentations excessives de prix. Ca reste l’une des option la moins coûteuse et surtout la plus pratique.

À pied

Au centre ville, il est tout à fait possible de se promener à pied. Néanmoins, la chaleur en journée peut-être un frein à cette option, surtout lorsque l’on est pas habitué. Donc si vous souhaitez tenter l’expérience,promenez-vous toujours avec de quoi vous désaltérer. C’est une super option surtout pour voir l’architecture.

En moto

Je n’ai pas tenté l’aventure ( il n’en a jamais été question) mais quand nous nous promenions en Tuktuk, je ne voyais que ça autour de nous. Les locaux utilisent beaucoup ce moyen de transport seul, à deux, avec parfois des charges d’autres nature. Donc en tant que touriste, motard de plus, pourquoi pas ?

La voiture ne figure pas dans ma liste, mais c’est un moyen de locomotion possible. Je ne vous la conseille pas au centre ville car ce n’est pas du tout pratique, mais par contre si vous êtes en zone excentré et voulez vous rendre vers un lieu où il y a de quoi se garer, why not ? Nous, nous l’utilisions pour les longues distances et pour aller au centre commercial Aeon. Mais en dehors de ces deux situations, M. Tuktuk était notre meilleur ami.

2. Que faire à Phnom Penh?

Les marchés

Le marché central – Phsar Thom Thmey

mp- marché-central

Ce marché est le premier que l’on est visité. C’est le marché central que les locaux appelle Phsar Thmey ou Phsar Thom Thmey. Vous y trouverez absolument tout, de la nourriture; aux pièces d’ornements et accessoires en passant par les pièces artisanales ou des valise, de « l’ameublement ». C’est d’ailleurs là-bas qu’on a fait notre premier repas local. En effet, il est possible de s’asseoir à un stand et déguster diverses spécialités. On a mangé des omelettes et bu du jus de canne. Je vous montrerai le marché via la vidéo que je vous prépare.

Le marché russe – Psah Toul Tom Pong

mp-marché-russe

Comme le marché central, ce marché propose de tout ( de la nourriture aux objets) mais est connu pour proposer tous les produits artisanaux. C’est là bas que j’ai acquis la plupart de mes souvenirs tels que des paniers, pots, sac à main, coffret pour mouchoirs etc… Rien que d’y flâner est agréable. Et étant couvert, il y fait plus frais qu’à l’extérieur. De plus, à une des echoppes pour manger, nous avons rencontré une dame qui était vraiment trop gentil et curieuse de nous rencontrer. Bon en même temps c’est pas tous les jours que les cambodgiens voient deux noires, avec des tresses et qui ne sont pas exclusivement américaines.

Le marché nocturne – Phnom Pehn Night Market

mp-marché-nocturne

Pas très loin du Palais Royal et Quai du Sisowath, le marché nocture appelé le Nigh Market est ouvert dès que la nuit tombe. C’est un marche où vous trouverez de l’objet mais surtout de quoi manger. Les groupes s’y rendent pour passer un bon moment, s’installant sur des tables ou sur des tapis qu’ils auront ramenés pour l’occasion. Une expérience.. dépaysante, au vu des mets proposés. Néanmoins, les ventres fragiles : abstenez-vous.

Le Palais Royal

mp-palais-royal

C’est un incontournable à aller voir, que je ne suis pas allée voir! En effet, au moment où nous étions en ville, l’attraction était fermée au public et la zone plutôt encerclée pour cause de travaux je crois. On espérait pouvoir y retourner avant la fin de notre séjour, mais ça ne s’est pas fait. Ça reste vraiment une attraction à faire si vous en avez l’occasion.

Le Quai du Sisowath

mp-quai-sisowath

Promenade très fréquentée, il est très agréable de s’y promener puisqu’il donne sur le jonction entre le Tonle Sap et le Mékong. D’y nombreux bateaux y sont amarrés et les familles viennent profiter du cadre pour passer un moment privilégié. De l’autre côté de la route, vous trouverez des bars, restaurants et boutiques .

Les musées

Le musée national du Cambodge

mp- musée-cambodge

Le musée national est particulier par rapport à son architecture extérieure. Situé non loin du Palais Royal, c’est le principal musée historique et archéologique du Cambodge.Y est entreposé, l’une des plus importantes collections d’art khmer, avec des sculptures, des céramiques et divers objets ethnographiques. C’est un incontournable via lequel vous pourrez en savoir davantage sur l’histoire Khmer. Ce n’est pas très grand, donc en 2h vous aurez tout visité. Des audio-guide sont à disposition dans plusieurs langues. L’entrée pour les étrangers les mineurs est de 5$ et 10$ pour les adultes. Pour les locaux c’est 500 riels.

Musée du Génocide – Tuol Sleng

Émotive, j’ai préféré ne pas faire la visite de ce musée qui a été pensé comme un lieu de mémoire. C’est dans cet ancien lycée, devenue une prison, que les Khmer Rouge y ont commis les pires atrocités à l’encontre du peuple. Une de mes amies à tenu à le faire,donc avec ma copine cambodgienne, qui l’a déjà visité, nous avons attendu à l’entrée, regardant les touristes s’y engouffrés.

La colline du Temple – Wat Phnom

mp-wat-phnom
Devant l’horloge de Wat Phnom

Wat Phnom ou la colline du Temple est à l’origine de l’histoire de Phnom Pehn, puisque c’est la que Mme Pehn ( daun penh) érigea à la fin du XIVè siècle une pagode bouddhiste afin de protéger les statues de Bouddha, qu’elle a découvertes dans le creux d’un tronc d’arbre au bord du fleuve voisin, le Mékong. La ville s’est ensuite développée autour de cet colline de 27 m de haut et lui donna donc son nom Phnom Pehn ( colline Pehn). Sa particularité est l’horloge sur l’herbe qu’on y trouve.

mp-que-manger-phnom-pehn

4. Où manger à Phnom Pehn ?

Centre commercial – Aeon Mall

mp-burger-carls-junior
Burgers à Carl’s Jr.

Bon en touriste à 3 balles, je me suis retrouvée à manger des plats occidentaux au Cambodge. J’assume. Nous avons été à Carl’s Jr, chaine de burger, à Domino’s Pizza, puis également dans un restaurant chinois où j’ai mangé une très bonne soupe au magret de canard. Et puis, même que j’ai mangé une pâtisserie à Brown Café.

mp- soupe-chinoise-magret-canard
La soupe de magret de canard

À savoir que la culture des coffee shop au Cambodge est énorme. J’ai l’impression que partout où nous allions on trouvait un endroit pour s’acheter un café glacé. La grande surface Aeon était aussi devenu une habitude car on y trouvait des plats asiatiques et ça nous évitait de devoir cuisiner. Puis pour faire les courses c’était pratique.

mp-patisserie-cambodge-brown-coffee
Pâtisserie chez Brown Café, une chaîne de coffee shop

En mode Street Food dans les marchés et rues de Phnom Pehn

Les marchés en général sont des lieux parfaits pour bien manger à un prix dérisoire. Pour 2$/3$ tu peux manger un bon plat à base de riz, de nouilles ou d’autres très bon mets locaux. Donc si vous avez un budget à respecter et ne souhaitez pas vous ruiner en nourriture, le marché sera votre meilleure option. Par contre, je ne le répéterai jamais assez, les ventres fragiles, soyez prudents. Partez pour commencer sur des valeurs sures, au risque de vous retrouvez plié en deux au moment le plus inopportun.

Le jour où j’ai découvert le nataing

mp-food-repas-khmer

Petit partage du coup de coeur que j’ai eu pour le nataing ! Au niveau culinaire, je dois avouer que je n’ai pas été l’aventurière que j’aurai cru être au vu de mes problèmes au ventre. La nourriture en Asie peut s’avérer épicée, donc bon… Mais le nataing m’a conquise. C’est une préparation à base de porc et crevettes hachés mijoté dans du lait de coco et assaisonnée. C’est une dinguerie. Une vraie de vrai. C’était accompagné avec du riz soufflé . Un pur délice. Je n’arrive pas à retrouver le restaurant, mais c’était une superbe expérience culinaire, que je vous conseille.

5. Une expérience : Vivre au rythme de vie nocturne

mp-phnom-pehn-vie-nocturne

Ce que j’ai vraiment aimé à Phnom Pehn c’est le paysage qu’offre la vie nocturne. Mise à part le fait que j’avais un mal fou à traversé la route
(rires). Les lumières des buildings associées à celles des phares, offrent un spectacle authentique qui m’a plus. Sans compter l’ensemble d’échoppes qui offrent de quoi manger, qui est une super façon de découvrir encore un peu plus Phnom Pehn. Koh Pich Children Park pour son ambiance de nuit est aussi une bonne option.

Koh Pich Children park : la fête forraine sur Diamond Island

mp-koh-pich-children-park
Source : Pintetest/theskypassport

Diamond Island, c’est une île pensée pour accueillir la classe aisée de Phnom Penh. Vous y trouvez une promenade, des restaurants et une fête foraine. Nous nous y sommes rendus de nuit et c’est à faire. Vous y retrouverez toutes les tranches d’âge, de quoi vous sustentez et de quoi vous amusez, dans une version ultra moderne de la ville.

Voilà, la première étape est terminée. Je vous retrouve ce dimanche pour la suite de cette Cambodge series. À très vite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.