COMMENT J’AI TRANSITIONNE VERS MES CHEVEUX NATURELS HOW I HAIR-TRANSITIONNED TO MY NATURAL HAIR

<!--:fr--> COMMENT J’AI TRANSITIONNE VERS MES CHEVEUX NATURELS <!--:--><!--:en-->HOW I HAIR-TRANSITIONNED TO MY NATURAL HAIR<!--:-->

Salut les filles ! Comment ça va aujourd’hui?  Pour les parisiens, auriez-vous un secret pour braver le froid? Parce que la moi je rêve de Californie tellement je me les caille.

 Aujourd’hui, je souhaite vous parler de ma transition capillaire qui m’a permis de passer d’une chevelure lisse donc défrisé, a une chevelure naturelle donc crépus ou afro.

Avant de vous donner quelques détails croustillant, je vais d’abord vous expliquer ce qui m’a poussé à faire ce choix. Je me suis fait  défriser les cheveux pour la première fois à l’âge de 4 ans. Oui, c’est tôt. Mais ça a eu le mérite de changer la vie de ma mère. Normalement on ne recommande pas le défrisage chimique avant le début de la puberté. Mais bon. C’est fait.

J’ai toujours été connue pour avoir une belle chevelure auprès de mon entourage. Beaucoup sur la tête et une texture que les coiffeuses aiment. Une de mes coiffeuses de demandaient à chaque fois que je la sollicitais si j’avalais de l’engrais tant mes cheveux poussaient vite.
Puis un jour toutes mes certitudes et ma routine de soin ont été chamboulées par une perte anormale de cheveux. Au début, je me suis cru parano. Mais j’en ai parlé à ma coiffeuse qui me l’a confirmé. J’avais créé une réelle obsession autour de ça. Au point où j’avais peur de mes cheveux. De les toucher, de les laver, de les peigner…Je perdais en masse et c’était juste déprimant. Ce sont tous ces événements qui m’ont poussé a arrêter le défrisage. Pour laisser mes cheveux se reposer et reprendre du poil de la bête. Donc j’ai fait des coiffures protectrices.

Au bout de 6 mois, j’ai tenté un lissage thermo-actif de chez Design Essential et malgré les bons résultats, ça me cassait encore les cheveux. Finalement j’ai décidé que j’allais m’en tenir à ce que la nature m’a donnée et passer en mode nappy.

Pendant un moment j’ai donc dû gérer mes cheveux défrisés, lisses et crépus et c’était horrible ne nous mentons pas.

Mais maintenant que j’ai coupé, je suis heureuse du résultat. Et pourtant la route ne fut pas simple et j’ai encore de nombreux gestes et de nombreuses astuces pour prendre soin correctement de ma crinière.

Je reviens pour vous sur les étapes de la transition.

1-Le dernier défrisage et je ne le savais pas encore

Je me suis défrisée pour la dernière fois le 20 septembre 2013. Je m’en souviens car c’est le jour où j’ai rendu mon mémoire de fin d’études. J’ai été chez le coiffeur et je n’avais pas pris la décision de passer au naturel mais d’espacer mes défrisages à tous les 4 mois. J’ai tenu 5 mois mais avec beaucoup d’efforts et de casse de cheveux parce que je comprenais de moins en moins mon cheveu et ses réactions.

transition capillaire 2

transition capilalire 1

2 – le lissage thermo-actif de chez design essential en février 2014

Alors j’avais besoin de répit. Je ne souhaitais pas du tout abandonner mes efforts de repousse mais j’aimais porter mes cheveux lisses et faire un effet un peu wavy. Même si ça m’a aidé au début, c’est devenu compliqué quand il a fallu gérer 3 textures qui nécessitent  un traitement différent. Donc ce fut également une période horrible que des tresses m’ont aidé a passer avec plus de douceur.

hair transition 3

hair transition 4

3- les tresses : brune blonde à vous de choisir.

Pour me donner du répit je me suis mise a faire des tresses. Et j’ai adoré. C’est plutôt jolie, féminin et pratique surtout. Même si elles nécessitent un entretien ce n’est pas ce qu’il y a de plus contraignant comme coiffure. J’ai fait d’abord des mèches châtains et je suis parti sur du blond et je dois dire que j’ai créé la polémique entre ceux qui adoraient et ceux qui se sentaient investi de la mission de ma dire que ça m’allait pas et qu’il préférait le châtain. Mais j’ai adoré vraiment. Et je le referai un jour.

Colors of sunset 9

4 – Les braid-outs juste avant le big-chop

Alors à un moment donné je me s’ils tournée vers les tuto que pas mal de filles ont fait pour montrer comment elle coiffait un cheveu en transition. Et là, j’ai découvert ou plutôt redécouvert les braid-out et je me suis mise. Alors les braid-out faut être discipline pour avoir un rendu impeccable à chaque fois. Il s’avère que je n’ai jamais eu le même résultat pas une seule fois. Mais j’ai beaucoup aime certaines des coiffures que j’ai obtenu particulièrement celle ci-dessous.

IMG_4218

5- le Big Chop
C’est le 25 décembre que ma cousine m’a presque suppliée de faire mon big chop voyant mes cheveux qui ressemblait a rien du tout. Donc elle m’a coupé les bout identifié de lisse et c’est comme ça qu’on arrive a mon afro d’aujourd’hui.

IMG_4193

6- L’afro ou mon cheveux au naturel

Je ne me suis jamais senti aussi bien avec ma chevelure mais en même temps aussi ignorante. Parce que je ne m’inquiète plus de l’humidité comme avant, par crainte que mes cheveux ne frisent séchant mal. Et surtout, j’ai la sensation d’être une nouvelle version de moi, comme si je m’affirmais. Je remercie celle qui ont ouvert la voie et ont rendu les lettres de noblesses à nos cheveux crépus.

Maintenant, mon réel challenge est de comprendre mon cheveu et de pouvoir suivre une routine capillaire qui préserve la beauté de ceux-ci. Quand j’y arrive je vous en parle.

Mais si votre coeur balance, prenez votre temps, car une fois le choix fait, il faut aller jusqu’au bout.

Je vous embrasse les filles.

xo

Hey ladies ! How are you today For those of you who are based in Paris, do you have a secret to combat the cold out there ?I am so cold that I am dreaming of California.

Today I would like to tell you about my hair transitionning that allowed me to go from sleek permed hair to natural coily and frizzy hair. I went nappy !

Before I give you any details, let me tell you what pushed me in that direction. I had my hair permed  for the first time at 4 years old. It’s really young but it was at the beginning and not really a watched process. Hairstylist and professionals do not recommend it until at least a lady has reached puberty. I have always been known  to have good hair. A huge amount and with a texture that hairstylist really liked. One of her asked me once if I swalled fertilizer ! :-).

And then , one day, all I took for granted was gone.  My haircare routines were all stambled by a abnormal loss of hair. My hairstylist at that moment confirmed. It turned into an obsession and got me into a vicious cycle. I lost masses of hair and it was depressing. It is all those events that got me to stop perming my hair. To let my hair rest and get to back to how they were. So I started  protective styling. After 6 months, I tried a elongating treatment from Desgin essentials and although at first the results were ok, my hair broke. I decided that I would do with what nature kindly offered, my natural hair.

For sometime, I had to manage my permed, sleek and coily hair, and let’s stay real it was bad.

Now that I big choped, I am happy with the results. And the road was not simple.

Let’s go over the few steps of the process.

1 – My last perm and I did not know it yet.

I had my hair permed for the last time, the day I handed a copy of my end of school memoir. It was on September 20th 2013. I went to the hair salon  and I hadn’t taken yet the decision to go natural but to change my routine by perming only 3 times a year. I hanged on 5 month with a lot of efforts and hair breakage as I understood a lot less my hair and its reactions.

transition capillaire 2

 

transition capilalire 1

hair transition 32- The hair elongation from design essential on February 2014

I needed that break. I did not want to give up with all my efforts  of getting my hair to grow natural but I liked and still do wearing my hair sleek with a wavy twist. Even though it helped at the begininng, it became compliated when I had to deal with 3 diferent textures that neede diferent type of treatment. So that was awful moments at time that braids  helped me ease.

hair transition 43 – Braids : brunette, blonde, your choice

To give myself a break I started getting my hair braided into rastas. I loved it. It’s prett, feminine and so convenient. Even though it needs mantaining it’s not the most  difficult hairstyle. I did dark braids at first than I moved on to blond and I create 2 teams : the people who loved it and those that hated it and felt invested by the mission to tell how ugly they thought it was as they prefered the darker version. I really loved it and I definitely want to do it again.

Colors of sunset 9

4- Braid-outs before the big chop

At one point, I turned out to the million of tutorials available via youtube that ladies did to show how they styld hair in transition. And I discovered or re-discovered  braid-outs and I went with that. To pursue with braid-outs you need to be disciplined to have an impeccable finish. I never get the same result. But I really liked some of the do’s I had, particularly this one, on the picture below.

IMG_4218

5- The Big Chop

It’s on December 25th that my younger cousine almost begged me to chop the remaining of my permed hair as I looked like nothing. So she cut the parts identified as permed et that is how I got my afro.

IMG_4193

6- The afro or my natural hair

It’s been a long time I haven’t felt both good and clueless about my hair. I don’t care anymore about humidity that obsessed me before as I worried my permed hair wouldn’t dry the right way and frizz. And foremost I feel a new version of myself. As If I stood out. I thank those women that opened this path for us and gave back a positive image of our coil hair.

 Now my real challenge is to understand my hair which will allow me to have a routine that will preserve the beauty of my hair. When I get there and during the process I will definitely tell you about it.

If you are still think it through, take your time, as once you made your decision, you will have to go through the whole process.

XO Ladies

 

 

Coucou les amis! Comment ça va aujourd’hui? Alors aujourd’hui? Pour les parisiens, auriez vous un secret pour braver le froid? Parce que la moi je rêve de Californie tellement je me les caille.
Bon pour penser a autre chose, aujourd’hui, je souhaite vous parler de ma transition capillaire qui m’a permis de passer d’une chevelure lisse donc défrisé, a une chevelure naturelle donc crépus ou afro.

Avant de vous donner quelques détails croustillant, je vais d’abord vous expliquer ce qui m’a poussé a faire ce choix. Je me suis défrisé les cheveux pour la première fois a l’âge de 4 ans. Oui c’est tôt mais c’était le début et pas très surveillé. Normalement on ne recommande pas le défrisage chimique avant le début de la puberté. Et j’ai toujours été connue pour avoir une belle chevelure auprès de mon entourage. Beaucoup et une texture que les coiffeuses aiment. Une de mes coiffeuses de demandaient toujours si j’avalais de l’engrais. Puis un jour toute mes certitudes et ma routine de soin ont été chamboulées par une perte anormale de cheveux. Ma coiffeuse me l’a confirmé. J’avais créer une réelle obsession autour de ça qui fait entrer dans un cercle vicieux. Au point ou j’avais peut de mes cheveux. Je perdais en masse et c’était juste déprimant. Ce sont tous ces événements qui m’ont poussé a arrêter le défrisage. Pour laisser mes cheveux de reposer et reprendre du poil de la bête. Donc j’ai fait des coiffures protectrices. Au bout de 6 mois, j’ai tente un lissage thermo-actif de chez design essential et malgré les bons résultats, ça me cassait encore les cheveux. Finalement j’ai décidé que j’allais m’en tenir a ce que la nature m’a donnée et passer en mode nappy.
Pendant un moment j’ai donc du gérer mes cheveux défrisés, lisses et crépus et c’était horrible ne nous mentons pas.
Mais maintenant que j’ai coupé, je suis heureuse du résultat. Et pourtant la route ne fut pas simple.

Je reviens pour vous sur les étapes de la transition.

1- le dernière défrisage et je ne le savais pas encore
Je me suis défrisée pour la dernière fois le 20 septembre 2013. Je m’en souviens car c’est le jour ou j’ai rendu mon mémoire de fin d’études. J’ai été chez le coiffeur et j’avais pas pris la décision de passer au naturel mais d’espacer mes défrisage a tous les 4 mois. J’ai tenu 5 mois mais a coup d’effort et de casse de cheveux parce que je comprenais de moins en moins mon cheveu et ses réactions.

2 – le lissage thermo-actif de chez design essential en février 2014
Alors j’avais besoin de répit. Je ne souhaitais pas du tout abandonner mes efforts de repousse mais j’aimais porter les cheveux lisses et faire un effet un peu wavy. Mais si ça m’a aide au début, c’est devenu compliqué quand il a fallu gérer 3 textures qui nécessite un traitement différent donc ce fur également une période horrible que des tresses m’ont aidé a passer en douceur.

3- les tresses : brune blonde a vous de choisir.
Pour me donner du répit je me suis mise a faire des tresses. Et j’ai adoré. C’est jolie, féminin et pratique surtout. Même si elle nécessite un entretien c’est pas ce qu’il y a de plus contraignant comme coiffure. J’ai fait d’abord des mèches châtain et je suis parti sur du blond et je dois dire que j’ai créé la polémique entre ceux qui adoraient et ceux qui se sentaient investi de la mission de ma dire que ça m’allait pas et qu’il préférait le châtain. Mais j’ai adoré vraiment. Et je le referai un jour.

4 – les braid-outs juste avant le big-chop
Alors a un moment donne je me s’ils tournée vers les tuto que pas mal de filles ont fait pour montrer comment elle coiffait un cheveu en transition. Et la j’ai découvert ou plutôt redécouvert les braid-out et je me suis mise. Alors les braid-out faut être discipline pour avoir un rendu impeccable a chaque fois. Il s’avère que je n’ai jamais eu le même résultat pas une seule fois. Mais j’ai beaucoup aime certaines des coiffures que j’ai obtenu particulièrement celle ci-dessous.

5- le Big Chop
C’est le 25 décembre que ma petite cousine m’a presque suppliée de faire mon big chop voyant les cheveux qui ressemblait a rien du tout. Donc elle m’a coupé les bout identifié de lisse et c’est comme ça qu’on arrive a mon afro d’aujourd’hui.

6- L’afro ou mon cheveux aux naturelles..
Je ne me suis jamais senti aussi bien avec ma chevelure mais en même temps aussi clueless. Parce que je ne m’inquiète plus de l’humidité qui m’obssedait avant parce que je craignais que mes cheveux frise en séchant mal. Et surtout, j’ai la sensation d’être moi, que c’est une affirmation du mélange de plusieurs cultures. Je remercie celle qui ont ouvert la voix et on rendu les lettres de noblesses a nos cheveux crépus. Parce que j’assume et je pense que ça sera le cas un petit moment.

Coucou les amis! Comment ça va aujourd’hui? Alors aujourd’hui? Pour les parisiens, auriez vous un secret pour braver le froid? Parce que la moi je rêve de Californie tellement je me les caille.
Bon pour penser a autre chose, aujourd’hui, je souhaite vous parler de ma transition capillaire qui m’a permis de passer d’une chevelure lisse donc défrisé, a une chevelure naturelle donc crépus ou afro.

Avant de vous donner quelques détails croustillant, je vais d’abord vous expliquer ce qui m’a poussé a faire ce choix. Je me suis défrisé les cheveux pour la première fois a l’âge de 4 ans. Oui c’est tôt mais c’était le début et pas très surveillé. Normalement on ne recommande pas le défrisage chimique avant le début de la puberté. Et j’ai toujours été connue pour avoir une belle chevelure auprès de mon entourage. Beaucoup et une texture que les coiffeuses aiment. Une de mes coiffeuses de demandaient toujours si j’avalais de l’engrais. Puis un jour toute mes certitudes et ma routine de soin ont été chamboulées par une perte anormale de cheveux. Ma coiffeuse me l’a confirmé. J’avais créer une réelle obsession autour de ça qui fait entrer dans un cercle vicieux. Au point ou j’avais peut de mes cheveux. Je perdais en masse et c’était juste déprimant. Ce sont tous ces événements qui m’ont poussé a arrêter le défrisage. Pour laisser mes cheveux de reposer et reprendre du poil de la bête. Donc j’ai fait des coiffures protectrices. Au bout de 6 mois, j’ai tente un lissage thermo-actif de chez design essential et malgré les bons résultats, ça me cassait encore les cheveux. Finalement j’ai décidé que j’allais m’en tenir a ce que la nature m’a donnée et passer en mode nappy.
Pendant un moment j’ai donc du gérer mes cheveux défrisés, lisses et crépus et c’était horrible ne nous mentons pas.
Mais maintenant que j’ai coupé, je suis heureuse du résultat. Et pourtant la route ne fut pas simple.

Je reviens pour vous sur les étapes de la transition.

1- le dernière défrisage et je ne le savais pas encore
Je me suis défrisée pour la dernière fois le 20 septembre 2013. Je m’en souviens car c’est le jour ou j’ai rendu mon mémoire de fin d’études. J’ai été chez le coiffeur et j’avais pas pris la décision de passer au naturel mais d’espacer mes défrisage a tous les 4 mois. J’ai tenu 5 mois mais a coup d’effort et de casse de cheveux parce que je comprenais de moins en moins mon cheveu et ses réactions.

2 – le lissage thermo-actif de chez design essential en février 2014
Alors j’avais besoin de répit. Je ne souhaitais pas du tout abandonner mes efforts de repousse mais j’aimais porter les cheveux lisses et faire un effet un peu wavy. Mais si ça m’a aide au début, c’est devenu compliqué quand il a fallu gérer 3 textures qui nécessite un traitement différent donc ce fur également une période horrible que des tresses m’ont aidé a passer en douceur.

3- les tresses : brune blonde a vous de choisir.
Pour me donner du répit je me suis mise a faire des tresses. Et j’ai adoré. C’est jolie, féminin et pratique surtout. Même si elle nécessite un entretien c’est pas ce qu’il y a de plus contraignant comme coiffure. J’ai fait d’abord des mèches châtain et je suis parti sur du blond et je dois dire que j’ai créé la polémique entre ceux qui adoraient et ceux qui se sentaient investi de la mission de ma dire que ça m’allait pas et qu’il préférait le châtain. Mais j’ai adoré vraiment. Et je le referai un jour.

4 – les braid-outs juste avant le big-chop
Alors a un moment donne je me s’ils tournée vers les tuto que pas mal de filles ont fait pour montrer comment elle coiffait un cheveu en transition. Et la j’ai découvert ou plutôt redécouvert les braid-out et je me suis mise. Alors les braid-out faut être discipline pour avoir un rendu impeccable a chaque fois. Il s’avère que je n’ai jamais eu le même résultat pas une seule fois. Mais j’ai beaucoup aime certaines des coiffures que j’ai obtenu particulièrement celle ci-dessous.

5- le Big Chop
C’est le 25 décembre que ma petite cousine m’a presque suppliée de faire mon big chop voyant les cheveux qui ressemblait a rien du tout. Donc elle m’a coupé les bout identifié de lisse et c’est comme ça qu’on arrive a mon afro d’aujourd’hui.

6- L’afro ou mon cheveux aux naturelles..
Je ne me suis jamais senti aussi bien avec ma chevelure mais en même temps aussi clueless. Parce que je ne m’inquiète plus de l’humidité qui m’obssedait avant parce que je craignais que mes cheveux frise en séchant mal. Et surtout, j’ai la sensation d’être moi, que c’est une affirmation du mélange de plusieurs cultures. Je remercie celle qui ont ouvert la voix et on rendu les lettres de noblesses a nos cheveux crépus. Parce que j’assume et je pense que ça sera le cas un petit moment.

Partager:

2 Commentaires

  1. 8 février 2015 /

    Quelle aventure ! En tout cas tout de va bien, j’ai hâte de voir ton évolution avec tes cheveux crépus ! ^^
    randomlykay.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.